Dernières nouvelles

Le Nigéria est en finale de la CAN au terme d’un scenario improbable contre l’Afrique du Sud

Cette fois-ci, Ronwen Williams a été impuissant lors de la séance de tirs au but et c’est son homologue Stanley Nwabali qui est sorti vainqueur de la séance de tirs au but. Miraculée grâce à la VAR à la 90e minute, l’Afrique du Sud a été sortie par le Nigéria, finalement plus sûr de ses forces et plus expérimenté. Les Super Eagles sont en finale de la CAN !

Décidément, cette CAN est un monument de suspense, de rebondissements, de scenarios dantesques et cette première demi-finale entre le Nigéria et l’Afrique du Sud l’a une nouvelle fois démontré. Il a fallu une séance de tirs au but irrespirable pour trouver un vainqueur et à ce jeu-là, ce sont les Super Eagles qui l’ont emporté (1-1, 4 tab à 2).

L’Afrique du Sud dangereuse mais pas clinique

À Bouaké, devant des tribunes clairsemées, se sont opposées deux équipes qui ont enchaîné 4 matches consécutifs sans encaisser le moindre but pour atteindre le dernier carré de cette CAN. On s’attendait à un match fermé entre le Nigéria et l’Afrique du Sud et le premier quart d’heure a ressemblé à un round d’observation, tout juste marqué par une sortie aérienne approximative de Ronwen Williams (13e), le héros du 1/4 de finale contre le Cap Vert avec 4 tirs au but détournés sur 5.
La première frappe du match a été l’oeuvre de Sphephelo Sithole, au terme d’un bon mouvement avec Evidence Makgopa et Percy Tau, mais son tir déclenché à l’entrée de la surface de réparation, a filé directement sur Stanley Nwabali (16e).
Les Super Eagles ont réagi timidement, sur coup de pied arrêté : Ademola Lookman a déposé un coup franc sur la tête de William Troost-Ekong, sans danger (24e). Mais ce sont les Bafana Bafana qui ont pris progressivement l’ascendant. Après une incursion sur une transition rapide côté droit qui a semé le trouble sans aboutir à un tir (25e), Tau a été à la conclusion d’une nouvelle offensive mais, par précipitation, sa tentative écrasée du gauche n’a pas fait trembler Nwabali (28e).
La menace s’est précisée. Suite à une récupération de Themba Zwane, Tau a été immédiatement lancé par l’ailier gauche mais le joueur d’Al-Ahly a manqué son contrôle alors que l’espace était totalement ouvert devant lui (36e).
Si Alex Iwobi a sollicité Williams sur une frappe du gauche après un bon travail de Moses Simon (37e), les incursions sud-africaines faisaient de plus en plus mal. Fébriles dans les airs, les Super Eagles ont été piégés par le jeu dos au but de Tau qui a remis le ballon en retrait pour Makgopa. Nwabali s’est détendu pour détourner la frappe du droit de l’attaquant qui prenait la direction des filets (39e).
Le Nigéria s’en est encore remis à un ballon arrêté pour porter le danger sur Williams mais Victor Osimhen, à la réception d’un corner, n’a pas pu rabattre suffisamment sa tête pour cadrer (44e).
Osimhen fait la différence
La deuxième période a repris sur un tacle d’école de Siyanda Xulu sur Osimhem dans la surface de réparation (46e). Le Napolitain d’un côté, Tau de l’autre : les deux stars se livraient un match dans le match de part et d’autre de la pelouse. Même Nwabali a été mis en contribution à plus de 30 mètres de ses cages alors que le numéro 10 des Bafana Bafana était parti dans le dos de la défense (51e). Après une tentative du droit de Tau (53e), Osimhen a de nouveau pris le meilleur dans les airs, sans dominer la balle (57e).
Alors que José Peseiro préparait ses deux premiers changements, Lookman a fixé la défense sud-africaine pour décaler Frank Onyeka mais le milieu a totalement dévissé (61e). Tout juste entré en jeu à la place de Simon, Samuel Chukwueze a transmis le ballon à Osimhen qui, par sa technique, s’est engouffré dans la défense et a été déstabilisé dans la surface par Mothobi Mvala. En bon capitaine, Troost-Ekong s’est avancé et placé le ballon au centre et à ras de terre pour battre Williams, qui a vu le cuir lui passer juste sous le genou (67e).
Les Bafana Bafana étaient dos au mur et avaient de quoi regretter leur première période. Il a fallu près de 10 minutes pour assister à une véritable réplique. Trouver plein axe par Aubrey Modiba, Makgopa s’est joué de Troost-Ekong sur un contrôle orienté parfait et a enchaîné avec une frappe lourde qui a tutoyé le poteau gauche de Nwabali, tout heureux de voir le ballon fuir sa cage (75e).
Ascenseur émotionnel
Les Super Eagles prenaient le dessus physiquement. Après une récupération dans le camp adverse, Chukwueze a offert un caviar à Lookman mais Williams s’est sacrifié, quitte à y laisser une épaule (84e). Une minute plus tard, après un contre express, Osimhen a poussé le ballon au fond des filets. Le Nigéria venait de faire le break et prenait la direction de la finale… Mais la VAR a appelé l’arbitre car, au début de l’action, Tau a été touché par Alhassan Yusuf, entré juste après l’heure de jeu. La faute était évidente et le point de penalty a été désigné. De 2-0, le score est repassé à 1-0 puis à 1-1 car Teboho Mokoena n’a pas tremblé pour égaliser (90e). Improbable !
Empruntés pendant une grande partie du second acte, les Sud-Africains ont retrouvé des forces quand le Nigéria se recroquevillait pour atteindre la prolongation. Sur une rentrée en touche, Mokoepa a centré pour Makgopa qui a tenté un ciseau passé juste au-dessus de la tranversale (90e+3). Puis Khuliso Mudau a débordé côté droit pour s’infiltrer dans la surface et centrer en retrait mais ses coéquipiess se sont gênés (90e+4). Enfin, sur un coup franc à 30 mètres plein axe, Mokoena a contraint Nwabali a repoussé le ballon… sur Mudau qui, par chance pour les Nigérians, a repris de son mauvais pied et a manqué le cadre à bout portant (90e+6).
Le sacrifice de Kekana
Ça sentait le KO. Lookman a signé le premier coup de semonce mais Williams a repoussé la lourde frappe du joueur de l’Atalanta d’une main ferme (93e). Mokoena a répondu mais son ballon n’a pas tourné et a filé plusieurs mètres à côté (94e). Toujours aussi volontaire, Osimhen a réalisé un enchaînement de grande classe mais son tir a été bloqué au sol par Williams (101e). L’attaquant masqué a provoqué une mésentente entre Mvala et son gardien qui s’en sont sortis in extremis (103e).
Dès le changement de côté, le Nigéria a de nouveau eu une grosse occasion avec l’inévitable Osimhen, à la réception d’un centre venu de la gauche sorti du pied d’Ola Aina mais sa tête est passée au-dessus (106e). Ce fut la dernière opportunité du numéro 9, incertain avant la rencontre. C’est Terem Moffi qui a été chargé de le remplacer, lui qui n’avait pas encore disputé la moindre minute de la compétition, appelé de dernière minute après les forfaits de Victor Boniface et Umar Sadiq (109e).
Sur son premier ballon, le Niçois s’est échappé et Grant Kekana a taclé à la desesperado. Pas de coup de sifflet de l’arbitre mais nouvelle intervention de la VAR. Faute oui, mais dans la surface ou non ? Sans surprise, le défenseur central qui s’était mal aligné au départ de l’action a reçu un carton rouge, sans provoquer de penalty (115e). Kelechi Iheanacho est passé au-dessus du mur mais trop axial pour surprendre Williams (117e).
Nwabali vole la vedette à Williams
La séance de tirs au but a commencé par une tentative réussie de Moffi. À nouveau face à Nwabali, Mokoena a failli. Entré quelques secondes avant la fin de la prolongation, Kenneth Omeruo a ajusté facillement Williams, moins en réussite qu’en 1/4 de finale. Mihlali Mayambela a ouvert le compteur sud-africain.
Troisième frappeur nigérian, Aina a expédié le ballon très au-dessus de la transversale alors que Williams était parti du mauvais côté. Makgopa avait l’égalisation au bout du pied mais son tir sans conviction a permis à Nwabali de briller à nouveau.
Troost-Ekong a misé sur la force pour accentuer l’avantage des Super Eagles, offrant trois balles de finale à son équipe. Mvala n’a pas tremblé. Iheanacho, avec l’aide du poteau, n’a pas tremblé pour envoyer le Nigéria en finale.
…………Flash score

Source : Flash score

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

MACINA : LA MINISTRE DE LA SANTE ET DU DEVELOPPENT SOCIAL, COL ASSA BADIALLO TOURE AUX COTES DES DEPLACES INTERNES

La solidarité est une valeur indispensable dans une société. Le Mali est un pays de …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights