Dernières nouvelles

La guerre contre le Hamas à Gaza est un acte d’auto-défense, déclare Israël à la CIJ

Israël a fermement rejeté vendredi devant la plus haute juridiction de l’ONU les accusations de l’Afrique du Sud d’intention génocidaire contre les Palestiniens, insistant sur le fait qu’il était engagé « dans une guerre qu’il n’a pas déclenchée et qu’il ne voulait pas » à Gaza.

Au deuxième et dernier jour des audiences préliminaires à la Cour internationale de Justice (CIJ), l’équipe juridique israélienne a insisté sur le fait que le double objectif militaire était d’éradiquer la menace existentielle posée par les militants du Hamas et de libérer quelque 136 otages toujours détenus dans l’enclave déchirée par la guerre.

« Israël est engagé dans une guerre de défense contre le Hamas, pas contre le peuple palestinien » au lendemain des attentats terroristes menés par le Hamas le 7 octobre, a déclaré Tal Becker, co-agent d’Israël, aux juges de La Haye.
Il y a eu des souffrances civiles « tragiques » et « déchirantes » « dans cette guerre, comme dans toutes les guerres », a ajouté M. Becker, en lisant les derniers SMS d’angoisse envoyés par le père d’une famille d’agriculteurs israéliens, brûlés vifs à leur domicile par des combattants présumés du Hamas qui « ont torturé des enfants devant leurs parents et des parents devant des enfants ».

Les « obligations » de la défense

M. Becker a également rejeté la requête de l’Afrique du Sud adressée au tribunal, en vertu des dispositions de la Convention sur le génocide, pour émettre des « mesures provisoires » ordonnant à Israël de suspendre immédiatement sa campagne militaire à Gaza.
Cela équivaut « à une tentative de refuser à Israël sa capacité à remplir ses obligations en matière de défense de ses citoyens, des otages et des plus de 110.000 Israéliens déplacés incapables de rentrer chez eux en toute sécurité », a-t-il dit.
La question de la légitime défense a figuré en bonne place dans la présentation d’Israël.
Lorsqu’un État est attaqué, il a le droit de se défendre et de défendre ses citoyens, a insisté l’équipe juridique israélienne, avant de souligner le profond traumatisme résultant des attaques terroristes du 7 octobre perpétrées par le Hamas et d’autres militants palestiniens qui ont saccagé le sud d’Israël, tuant quelque 1.200 personnes. et emmenant environ 250 captifs.
« Il n’y a aucune intention génocidaire ici, ce n’est pas un génocide », a déclaré l’avocat israélien Malcolm Shaw. Les atrocités du Hamas « ne justifient pas les violations de la loi en réponse – et encore moins le génocide – mais elles justifient… l’exercice du droit légitime et inhérent d’un État à se défendre tel que consacré dans la Charte des Nations Unies ».

Nouvel appel au cessez-le-feu de l’ONU

De son côté, le bureau des droits de l’homme des Nations Unies, le HCDH, a réitéré vendredi son appel à la fin immédiate de la violence à Gaza.
« Il doit y avoir un cessez-le-feu pour mettre fin aux souffrances effroyables et aux pertes de vies humaines, et pour permettre l’acheminement rapide et efficace de l’aide humanitaire à une population confrontée à des niveaux choquants de faim et de maladie », a déclaré le HCDH dans un communiqué.
Au cours des 14 dernières semaines de conflit à Gaza, la « réponse militaire massive et destructrice » d’Israël a fait plus de 23.000 morts Palestiniens, dont environ deux tiers de femmes et d’enfants, a déclaré le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.
Il a également noté que les groupes armés palestiniens avaient continué de lancer des « roquettes vers Israël de manière indiscriminée ».
Les infrastructures civiles à Gaza, notamment les maisons, les hôpitaux, les écoles, les boulangeries, les lieux de culte, les systèmes d’approvisionnement en eau, ainsi que les installations de l’ONU, ont également été largement endommagées ou détruites, a poursuivi le HCDH, avant de qualifier la situation dans le sud de Gaza d’« intenable ». », avec plus de 1,3 million de personnes déplacées à l’intérieur de l’enclave, entassées dans la ville méridionale de Rafah, près de la frontière égyptienne.

« Transformer en arme » le terme de génocide

Rejetant la description « profondément déformée » de la guerre à Gaza donnée par l’Afrique du Sud, l’équipe juridique d’Israël a accusé l’équipe juridique de ce pays de tenter de « transformer en arme » le terme de génocide, qui, selon elle, était une meilleure description du « langage annihilationniste » du Hamas à propos du « nettoyage » de la Palestine des Juifs.
Le groupe armé qui contrôle Gaza a détourné des milliards de dollars d’aide et transformé la bande de Gaza en « peut-être le bastion terroriste le plus sophistiqué de l’histoire de la guerre urbaine » ancré dans les communautés, a dit l’équipe israélienne.
« La guerre urbaine entraînera toujours des morts, des souffrances et des dégâts tragiques, mais à Gaza, ces résultats indésirables sont exacerbés parce qu’ils sont les résultats souhaités par le Hamas », a déclaré Galit Raguan, au nom d’Israël.
Affirmant que « chaque hôpital » fouillé par les forces de défense israéliennes avait trouvé des preuves d’une utilisation militaire par le Hamas, le conseiller juridique israélien a également allégué que des armes avaient été trouvées cachées dans un incubateur d’hôpital.
La Cour internationale de Justice (CIJ) a également entendu comment l’armée israélienne avait démontré « exactement le contraire » de toute intention génocidaire possible en limitant son ciblage au personnel militaire ou aux objectifs militaires « conformément au droit international humanitaire, de manière proportionnée dans chaque cas ».
Les efforts d’Israël « pour atténuer les dégâts » lors des opérations militaires et pour alléger les souffrances grâce à des activités humanitaires sont passés « relativement inaperçus », a affirmé l’équipe israélienne, citant le recours « sans précédent et étendu » aux appels téléphoniques et à la diffusion de tracts pour avertir les populations d’un affrontement imminent.

Source : ONU

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Colloque international sur le genre et la corruption: 1 266 milliards de FCFA de détournements de fonds publics au Mali, selon le rapport de l’OCLEI

Sous le thème « Femmes et corruption : briser le silence et agir ensemble », …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights