Dernières nouvelles

La mission de l’ONU, Minusma, a mis fin à 10 ans de présence au Mali

La mission de l’ONU, Minusma, a achevé dimanche dix ans de présence au Mali durant lesquels elle a, selon le secrétaire général de l’ONU, soutenu le processus de paix dans un pays en crise où le régime militaire a finalement décidé de son départ.

La Minusma “a achevé son retrait du pays d’ici le 31 décembre” 2023 comme convenu avec les militaires au pouvoir au Mali, a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans un communiqué publié dimanche.

M. Guterres a salué “le rôle clé” joué par la Minusma “en veillant au respect du cessez-le-feu dans le cadre de l’accord de paix et de réconciliation de 2015 (entre Bamako et des groupes rebelles du Nord) ainsi qu’à la transition” dans ce pays où des militaires se sont emparés du pouvoir par la force en 2020.

La fin de la Minusma met un terme à un engagement débuté en 2013 face à la propagation du jihadisme qui menaçait la stabilité d’un Etat pauvre et fragile, et qui persiste aujourd’hui.

La violence a gagné les voisins sahéliens du Burkina Faso et du Niger, fait des milliers de morts, civils et combattants, et déplacé des millions de personnes.

Le chef de l’ONU a également “rendu hommage aux 311 membres du personnel de la Minusma qui ont perdu la vie et aux plus de 700 blessés au service de la paix au cours des 10 années de déploiement de la Mission au Mali” dans des attaques essentiellement perpétrées par les groupes afiliés à Al-Qaïda et à l’organisation Etat islamique, dans son communiqué.

La Minusma est la mission de l’ONU la plus durement touchée ces dernières années. Ses efectifs ont tourné autour des 15.000 soldats et policiers venus de dizaines de pays.

Malgré un engagement financier considérable, la Minusma a été vivement critiquée par une partie des Maliens qui dénonçaient son incapacité à juguler la crise.

Les responsables onusiens ont toujours objecté que la Minusma n’avait pas pour mission de combattre les jihadistes. Son mandat lui assignait d’appuyer l’application d’un important accord de paix avec les séparatistes du nord (non jihadistes); d’aider les autorités maliennes à stabiliser le centre, autre foyer de violence; et de protéger les civils et les droits humains.

– Liquidation à partir de lundi –

Après la phase de retrait dimanche, “le (lundi) 1er janvier 2024 marquera le début de la période de liquidation” consistant notamment à remettre aux autorités maliennes les derniers équipements ou mettre fin aux contrats existants, a expliqué M. Guterres.

Pendant cette période, “une équipe (onusienne) réduite” et “les arrière-gardes des pays contributeurs de troupes et de police, resteront sur les sites de Gao (nord) et de Bamako pour superviser le transport ordonné des biens appartenant aux pays contributeurs de troupes et de police vers leurs nations respectives”.

Le camp de Tombouctou (nord) a été un des derniers camps rétrocédés par la Minusma aux autorités maliennes, cette semaine.

La Minusma s’est attelée à quitter le Mali après la demande de Bamako, et planifié son désengagement de la plupart de ses 13 emprises dans des conditions dificiles dans le nord, sous la pression d’une escalade militaire entre tous les acteurs armés présents sur le terrain.

Sa présence était devenue quasiment intenable après la prise du pouvoir par les militaires. La junte a opéré une réorientation stratégique, rompu la vieille alliance avec l’ancienne puissance dominante française et s’est tournée militairement et politiquement vers la Russie.

Le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, a fini par demander en juin le départ “sans délai” de la Minusma devant le Conseil de sécurité. Il a proclamé “l’échec” de la mission et afirmé qu’elle n’était pas la solution mais faisait “partie du problème”.

La Minusma ne pouvait pas rester contre le gré des autorités maliennes. Le Conseil de sécurité a mis fin à son mandat le 30 juin et lui avait donné jusqu’au 31 décembre pour quitter le pays.

bur-mrb/cls/fjb

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Rentrée parlementaire du CNT : Les vérités crues et drues du Col Malick Diaw

La cérémonie solennelle d’ouverture de la session ordinaire d’avril 2024 marquant la rentrée parlementaire du …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights