Dernières nouvelles

Moussa Alassane Diallo à propos des minoteries de Sanankoroba : «Ce que nous avons vu est très confortant»

Face aux chocs endogènes et exogènes auxquels l’économie malienne est confrontée, les autorités de la Transition sont déterminées à apporter des réponses structurelles à l’ensemble des problèmes qui se posent à l’industrie malienne.

Au niveau des minoteries, l’une des équations à résoudre se pose en ces termes : «Comment assurer l’autonomie en matière d’approvisionnement en matière première sur la base de la production locale ?» Cette préoccupation a amené le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moussa Alassane Diallo, à effectuer hier une visite de terrain pour prendre langue directement avec les acteurs du secteur.

Il s’est rendu dans trois usines de minoterie dans la Commune rurale de Sanankoroba. Il s’agit de M’Bouna-SA, Moulins modernes Amawaï et Moulins du Sahel-SA. Les salles de commandes, les magasins de stockage, les silos, les équipements et les laboratoires (pour tester la qualité du blé) ont été visités par le ministre et sa délégation qui ont également eu droit à des explications sur le processus de transformation.

C’est sous une chaleur suffocante que la visite a commencé à M’Bouna-SA. Avec un investissement de 24 milliards de Fcfa, elle produit 500 tonnes de farine par jour avec une capacité de stockage de 35.000 tonnes. Elle a créé 144 emplois directs et 150 emplois indirects. Avec le projet d’extension de l’usine, 300 autres emplois seront créés. «Toutefois, l’entreprise fait face à certaines difficultés dont les ruptures dans la fourniture de l’électricité, le coût élevé du carburant pour alimenter le groupe électrogène et le difficile accès au crédit bancaire», a expliqué le directeur général de M’Bouna-SA, Mohamed Cissé.

Quant aux Moulins modernes Amawaï, cette unité produit 250 tonnes de farine de blé par jour. Pour son directeur général adjoint, Emmanuel Poudiougo, «l’industrie faisait face à un problème d’accès à la farine qui est aujourd’hui résolu grâce à l’appui des autorités». Et d’ajouter que des dispositions sont prises pour baisser les prix sur le marché. Dernière unité visitée : Les Moulins du Sahel SA. Cette usine dispose de 4 silos de stockage d’une capacité de 12.000 tonnes et produit 240 tonnes de blé par jour. Ici, le son est séparé du blé, puis revendu comme aliment bétail.

«Assuré le développement du tissu industriel malien est une exigence pour nous dans le tournant actuel», a soutenu Moussa Alassane Diallo face aux travailleurs de ces minoteries. Et d’ajouter : «Ce que nous avons vu ce matin est très confortant. Dans toutes ces minoteries, la farine produite est de type 55 et 45, conforme à la réglementation. Le respect des normes et de la qualité fait partie de la promotion industrielle. Ces minoteries sont à féliciter.»

Faut-il le rappeler, des conventions ont été signées avec les minoteries afin d’assurer l’investissement en matière d’aménagement des terres agricoles, l’encadrement et la formation des producteurs pour que les minoteries puissent assurer l’intégralité de leur approvisionnement sur la base de la production nationale. Au même moment, le ministère de l’Industrie et du Commerce les encourage à diversifier leurs sources d’approvisionnement en matière première. «Permettre aux Maliens de nourrir les Maliens» est un des objectifs du département.

À cours terme, le ministère surveille le prix de la farine sur le marché et le prix du pain, a dit Moussa Alassane Diallo. En effet, le Conseil national des prix va se réunir dans les jours à venir pour acter que «le prix du sac de farine de 50 kg va passer de 25.000 Fcfa à 23.000 Fcfa soit une réduction de 23%». Le prix plafond est fixé à 135 Fcfa pour le petit-pain (150 et 250 g) et 270 Fcfa pour le gros-pain (200 et 300 g). Ces mesures soulageront sans doute le panier de la ménagère.

Pour le maire de la Commune rurale de Sanakoroba, Mamadou Zan Traoré, la présence de ces industries a créé beaucoup d’emplois dans la localité. Toutefois, il a regretté le manque d’investissement et de contribution dans la zone.

Oumar SANKARE

Source : l’Essor

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Mali : le directeur adjoint principal de CDC d’Atlanta, Dr Nirav D. Shah, en visite au CNIECS pour renforcer les liens de coopération

Dans le cadre du partenariat de développement entre les Etats-Unis d’Amérique et le Mali, le …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights