Dernières nouvelles

Retrait des cartes d’électeurs : Journée citoyenne, journée d’affluence

Dans la perspective du référendum, le gouvernement a déclaré chômée et payée la journée d’hier pour encourager les citoyens à retirer leurs cartes d’électeurs.

Dans la capitale, partout où nos équipes de reportage sont passées, l’affluence était au rendez-vous. Les différents centres de retrait étaient pris d’assaut par les citoyens.

Suite à la décision n°1027/GDB-CAB portant création des Commissions de remise des cartes d’électeurs biométriques à l’occasion du référendum constitutionnel dans le District de Bamako, les   centres   de retrait   pendant  cette  journée de citoyenneté ont connu une grande affluence.

C’est le constat fait sur la rive droite du fleuve, notamment en Communes V et VI du District de Bamako. Au centre secondaire d’état-civil de Badalabougou où nous nous sommes rendus vers 9 heures, les électeurs sortaient massivement pour entrer en possession de leurs cartes avant le jour du référendum.

«Les autres  jours de 8 heures à 12 heures, le centre ne dépassait pas 100 cartes retirées. Déjà à 9 h15, il y a plus de 120 cartes retirées», signale la présidente de la Commission de remise des cartes. Mme Traoré Bintou Keïta ajoutera que la Commission est assistée par les agents des forces de l’ordre, le Comité de développement des quartiers et les partis politiques.

Au centre principal  de la Commune V au Quartier-Mali, nous avons constaté le même engouement. Le président de la Commission de remise des cartes  de ce centre, Oumar Touré, explique que son équipe a été renforcée afin de satisfaire la population.

«Dans la journée du mercredi dernier, le nombre de cartes retirées était de 374. Mais pour la journée de citoyenneté, on pourrait faire le triple voire plus», dit-t-il, en rappelant que l’opération de retrait  avait débuté le 11 juin dernier. Après avoir trouvé son nom sur la liste  affichée au tableau, Issa Kané se dit prêt à voter le dimanche prochain. «Je vais accomplir mon devoir civique pour le changement de Constitution», lance-t-il.

Au groupe  scolaire de Sogoniko en Commune VI du Dsitrict de Bamako, Boubacar Camara, en sa qualité de président de la Commission, a déclaré que l’affluence est très bonne. Du début de l’opération à ce jour, a-t-il fait savoir, le nombre de retraits augmente. Et  de révéler que  le nombre  de retraits était de 113 le samedi passé, 264 le dimanche et 408 pour le lundi.

À ceux-ci, s’ajoutent les 498 du mardi et les 512 du mercredi dernier.  À l’Institut national des aveugles du Mali, Abdrahamane Cissé s’activait avec son équipe pour répondre aux sollicitations des habitants de Faladié. Le président a déploré l’impatience de ses concitoyens qui viennent pour le retrait.

MÊME AFFLUENCE SUR LA RIVE GAUCHE- Les habitants de la rive gauche de Bamako sont également sortis en grand nombre hier pour retirer leurs cartes d’électeur. L’organisation autour de l’opération laissait à désirer. De la Commune II à la Commune IV en passant par la Commune III, les centres de retrait de cartes d’électeur étaient bondés. On notait la file indienne. Chacun tenait à se procurer du sésame. Des citoyens de tout âge et des deux sexes ont profité de cette journée citoyenne chômée et payée pour retirer ce document d’électeur.

Vers 11 heures, une longue file était formée devant le bureau du centre secondaire d’état-civil de Medina Coura. Certains se réjouissaient d’avoir leur «passeport» de vote après quelques minutes de galère. Au regard du nombre élevé des demandeurs, les responsables du centre ont été contraints de multiplier les bureaux de retrait. Malgré tout, certains citoyens étaient mécontents de la mauvaise organisation dans ce centre.

En Commune IV, nous avons fait un tour au centre secondaire d’état-civil de Hamdallaye. Ici, il n’y avait qu’une salle de retrait de cartes d’électeur alors que les demandeurs étaient très nombreux. Certains essayaient de passer par la porte, d’autres tentaient de rentrer par la fenêtre. Chacun tenait d’entrer en possession de sa carte. «Voyez-vous, il y a trop de monde par rapport au mécanisme mis en place.

C’est dommage», déplore un quinquagénaire. La même situation de cafouillage  prévalait au groupe scolaire Monzon Traoré où les citoyens de Badialan III et de Kodalabougou étaient venus retirer leurs cartes d’électeur. Selon le président de ce centre, Sibiri Diara, c’est difficile de satisfaire tous les demandeurs en cette journée citoyenne.

Namory KOUYATÉ

Oumar DIAKITÉ

Rédaction

Source : L’essor

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Le Premier-ministre malien nomme les conditions pour la tenue de l’élection présidentielle

La stabilité sécuritaire et l’achèvement du dialogue inter-malien sont les conditions “sine qua non” pour …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights