Dernières nouvelles

Ramadan : Des conseils utiles à pratiquer

Les spécialistes s’accordent sur la nécessité de manger de la qualité, en évitant les aliments trop gras. Il est surtout conseillé par les nutritionnistes de distancer d’au moins deux à trois heures les repas de rupture.

Le Ramadan est le neuvième mois du calendrier hégirien. Tout le monde s’accorde à admettre que c’est une immense faveur faite aux humains par le Créateur de l’Univers pour leur accorder des rétributions inespérées, mais aussi étendre sur eux sa Grâce et sa Clémence. C’est pendant ce mois de grande spiritualité que les fidèles musulmans observent le jeûne, l’un des cinq piliers de l’islam et qui demeure une obligation pour tout musulman sain d’esprit et de corps. Autrement dit, qui jouit de ses facultés mentales et en bonne santé.

Selon Cheick Hamahoullah Sow, islamologue et imam à la mosquée III d’Hamdallaye en Commune IV, le mois de Ramadan est divisé en trois parties. Il explique que pendant les dix premiers jours, les fidèles sont couverts par la Miséricorde d’Allah. La décade qui suit est consacrée au pardon du Tout-Puissant. Enfin, les dix derniers jours qui comportent «laylatoul-qadr» ou la nuit du destin, représentent la délivrance divine. C’est pendant cette nuit que le Coran, selon les doctes, a été révélé au Prophète Mohamed (Paix et salut sur lui).

Selon l’érudit, l’Omnipotent et l’Omniscient Allah apprécie la lecture du Saint Coran, la générosité envers les personnes nécessiteuses et les prières surérogatoires nocturnes, pendant ce mois de dévotion. Il ajoute que, selon la terminologie islamique, le jeûne pour un musulman, c’est s’abstenir de manger, de boire d’entretenir un commerce charnel et de faire toutes autres interdictions de la religion de l’aube au coucher du soleil avec l’intention effective de se rapprocher d’Allah. En outre, Cheick Hamahoullah Sow confirme que c’est une obligation pour tout musulman majeur et responsable qui répond aux conditions.

L’islamologue indique que le jeûne n’est pas une obligation pour les voyageurs qui parcourent un trajet de plus de 81 km, les malades mentaux et les personnes atteintes de maladies qui représentent une contre indication pour le jeûne. Il en est de même pour la femme enceinte ou allaitante. Mais l’imam tient à lever toute équivoque et explique clairement que ces personnes doivent, après le Ramadan, observer le jeûne pour autant de jours ratés.

Le Pr Ichaka Minta, cardiologue au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré, donne de précieux conseils. Pour lui, la personne qui observe le jeûne doit bien manger en termes de qualité et non de quantité aussi bien pour le shour (le repas pris à l’aube avec l’intention de jeûner) que pour les repas de rupture du jeûne. «Lorsqu’on observe le jeûne, ça permet de mettre au repos beaucoup d’organes, notamment le système digestif qui a une grande part de responsabilité dans la survenue de beaucoup de maladies, y compris les maladies cardio-vasculaires», explique le praticien hospitalier. Et de préciser que  ce repos permet au système digestif de fonctionner de façon optimale après la rupture du jeûne.

Le cardiologue prescrit que toute maladie nécessitant une prise de médicament plusieurs fois dans la journée est une contre indication au jeûne. Le Pr Ichaka Minta qui se veut on ne peut plus clair déconseille le jeûne aux personnes atteintes de diabète et qui sont sous insuline, celles qui souffrent de complications diabétiques ou dont l’hémoglobine glyquée n’est pas équilibrée. Tout comme  les patients qui souffrent d’ulcère gastrique évolutif, d’insuffisance cardiaque récente et d’une insuffisance rénale chronique. Il en est de même pour les patients cancéreux, les femmes enceintes ou allaitantes et les personnes très âgées. «Lorsqu’on observe le jeûne dans un pays aussi chaud que le Mali, il faut savoir s’hydrater à la rupture», conseille le cardiologue. Une autre recommandation du cardiologue est d’éviter une longue exposition au soleil.

Fady Touré, médecin nutritionniste, assure qu’on peut perdre du poids et faire diminuer la tension artérielle et le taux de cholestérol en observant le jeûne. Pour la nutritionniste, avec cette forte chaleur, l’eau est le premier aliment et plus que nécessaire pendant le Ramadan. «Boire assez d’eau de façon intermittente et laisser de la place aux autres aliments», suggère Fady Touré. Pour elle, le shour doit être un repas léger, composé de légumes, une portion de glucides comme du pain/des galettes de blé, des aliments riches en protéines tels que les produits laitiers (fromage non salé, lait).

«Les glucides sont sources d’énergie. Un repas à base de céréale peut être aussi recommandé (riz, mil, petit mil et maïs). Pour les repas de rupture, la nutritionniste conseille de les distancer au moins de deux à trois heures.  Elle invite à prendre d’abord un repas léger, constitué d’une collation  de dattes, produit laitier, soupe et tisane chaude. Le deuxième repas doit être complet et solide. Il peut renfermer  des crudités, légumes, viande blanche ou poisson accompagné de céréales (riz, mil) et de fruits. Enfin, le troisième repas, il est fait de salade, concombre et autres boissons.

Baya TRAORE

Source : l’Essor

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

𝗟𝗘 𝗚𝗢𝗨𝗩𝗘𝗥𝗡𝗘𝗨𝗥 𝗗𝗘 𝗞𝗜𝗗𝗔𝗟 𝗚𝗔𝗟 𝗚𝗔𝗠𝗢𝗨 𝗥𝗘𝗖𝗨 𝗘𝗡 𝗔𝗨𝗗𝗜𝗘𝗡𝗖𝗘 𝗣𝗔𝗥 𝗟𝗘 𝗗𝗚 𝗗𝗘 𝗟’𝗜𝗡𝗣𝗦

Ce lundi, 15 avril 2024, le Directeur Général de l’Institut National de Prévoyance Sociale, M. …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights