Dernières nouvelles

Sahel : Quelles stratégies pour une paix durable ?

La question est au cœur d’un séminaire international organisé par l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye. L’objectif étant d’approfondir les réflexions sur les mécanismes du dialogue interculturel et interreligieux afin d’actionner les leviers pouvant être mis à contribution dans les stratégies et pistes de solution pour une paix durable au Sahel.

Le continent africain a toujours été une terre de rencontres, de brassage et d’interpénétration où diverses communautés ethnolinguistiques et religieuses ont vécu dans une symbiose parfaite, partageant un héritage commun. Paradoxalement, depuis des décennies, les pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, etc.) sont le théâtre d’une crise sans précédent, marquée par des évènements tragiques et funestes ayant répandu la terreur et semé la psychose.

Malgré les efforts des gouvernements respectifs appuyés par la communauté internationale, des conflits intra et intercommunautaires persistent et continuent d’endeuiller les populations, mettant en mal le vivre ensemble dans la région. C’est en réponse à cette situation que l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) organise, depuis hier dans ses locaux, un séminaire international de haut niveau sur le thème : «Dialogue interculturel et interreligieux : quelles stratégies pour une paix durable au Sahel ?».

L’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion nationale, chargé de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, le colonel-major Ismaël Wagué, en présence de son collègue en charge de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo. La rencontre a également enregistré la présence du directeur de l’EMP-ABB, le colonel Souleymane Sangaré et des membres du corps diplomatique.

Ce séminaire, qui durera trois jours, a pour objectif général d’approfondir les réflexions sur les mécanismes du dialogue interculturel et interreligieux afin d’actionner les leviers pouvant être mis à contribution dans les stratégies et pistes de solution pour une paix durable au Sahel. Pour le directeur de l’EMP, nos cultures et nos cultes portent les ressorts de la paix. «Ils portent le ferment de l’amour du prochain, les voix de la tolérance et du pardon», a déclaré le colonel Souleymane Sangaré.

Cela est d’autant plus vrai que pendant des siècles et chaque fois que cela est nécessaire, « nous avons su trouver les équilibres pour vivre les uns à côté des autres, en étant riches de nos différences et de notre diversité», a-t-il rappelé. Avant d’inviter les participants à interroger la façon dont ces vertus peuvent être employées pour retrouver la paix dans le Sahel pour nos communautés et nos pays. D’après le patron de l’EMP, il urge pour nous, en ces moments de crises profondes dans nos différents pays, de recourir aux mécanismes endogènes de pacification. Mais aussi aux valeurs qui nous sont chères pour faire face aux nouvelles formes de menace à notre survie.

De son côté, le ministre en charge de la Culture a souligné que nos ancêtres ont mieux réussi le brassage ethnique et le dialogue interculturel qui nous permet, aujourd’hui, de respirer un air sociétal sain. Pour lui, le dialogue interculturel est une arme séculaire de prévention et de résolution des conflits dans notre pays. «Il est aussi source d’initiatives pour réconcilier les cœurs, consolider la cohésion sociale, la solidarité et la paix, gage d’un développement harmonieux et durable», a indiqué Andogoly Guindo.

Pour sa part, le ministre en charge de la Réconciliation dira que le but du dialogue interculturel et interreligieux est de détruire les préjugés qui peuvent exister. Il s’agit également d’apprendre à mieux connaitre les personnes ayant des convictions différentes des nôtres pour créer du lien social.

«L’objectif final étant de permettre à des personnes de convictions différentes de vivre ensemble dans une même société. Cette démarche est en réalité le complément social indispensable à la laïcité», a estimé le colonel-major Ismaël Wagué. Pour lui, toutes les religions et cultures ont un rôle important à jouer pour maintenir la paix et la réconciliation.

Bembablin DOUMBIA

Source : l’Essor

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Communiqué de presse: Le Groupe Ecobank obtient le titre prestigieux de Meilleure Banque pour les PME en Afrique 2024 par Global Finance

Ecobank, le principal groupe bancaire panafricain, est fier d’annoncer qu’il a remporté le prestigieux prix …

Laisser un commentaire

Share via
Share
[youtube-feed playvideo="onclick"]
Verified by MonsterInsights