Dernières nouvelles

Mali : La pluie fait plusieurs dégâts matériels à Bamako

Dans la soirée du samedi 31 juillet, de fortes pluies se sont abattues sur la ville de Bamako. Les précipitations ont enregistré plusieurs dégâts notamment de la destruction des maisons.

La pluie qui a commencé à partir de 17 heures, a continué pendant au moins trois heures d’horloge.

À Daoudabougou sur la route qui conduit au centre d’État civil du dudit quartier de la Commune V, les eaux abondantes ruisselaient des rues comme un lit de fleuve. Sous la fine pluie, des groupes de personnes étaient rassemblés au bord d’un collecteur non loin du marché. Des enfants pleuraient la disparition d’un gamin de moins de 9 ans. Selon le grand frère du disparu tout irrité, la victime voulait récupérer sa chaussure dans l’eau pluvieuse.

Au niveau du rond-point «Sigui » à Kalaban Coura, en Commune VI de Bamako, le flux d’eau avait bloqué le passage. Les usagers étaient obligés de faire demi tour pour se diriger vers la route qui mène à l’aéroport international président Modibo Keïta. On pouvait voir de passage, l’Intérieur des stations d’essence et les espaces verts envahis par l’eau. Il fallait avoir un courage herculéen aux usagers et un engin efficace pour traverser le flot. « Vous êtes une brave femme », dit un motocycliste à l’endroit d’une dame vêtue d’un imperméable. Celle-ci affirme qu’elle n’aurait dû pas sortir sous la fine pluie. Dans le même quartier, Sira Diawara témoigne qu’une moto est tombée dans le ravin où le « pont tordu » est construit pour permettre la circulation.

Cette jeune étudiante qui rentrait à la maison après ses cours à la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg) ainsi que plusieurs autres usagers étaient obligés d’attendre que le niveau de l’eau baisse sur le pont. Selon Sira, c’est grâce au secours de la Protection Civile que la moto a pu être évacuée. Stoppé par le « feu tricolore de Garantiguibougou », un conducteur de Moto-taxi se réjouit d’avoir échappé à la terreur de l’eau de pluie. « Telimani kaira soumamani yé », dit-il drôlement ce qui signifie en français que la moto-taxi qui est censée être rapide est devenue lente à cause de la pluie.

Dans le quartier périphérique de Senou, nombreux sont les habitants qui ont été victimes de cette averse. Leurs maisons en banco se sont écroulées comme des châteaux de cartes. « Eh, notre atelier est tombé », dit un adolescent à son camarade. Devant son kiosque orange money, Korotoumou Cissé affirme que pour échapper au flot dangereux de la pluie, elle a passé la nuit chez son amie. Elle témoigne que plusieurs habitations ont été détruites par les précipitations.

Au rond-point où commence la Commune rurale de Kalaban Coro, l’eau était également maître de la circulation provoquant ainsi un bouchon insupportable. Les usagers étaient obligés de chercher d’autres issues pour esquiver le courant.

M. DIAWARA

Source : l’Essor

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Appel à manifestation d’intérêt

Maisons Digitales pour l’insertion sociale et professionnelle des femmes Nous agissons pour l’éducation, la santé, …

Laisser un commentaire

العربيةEnglishFrançais
[youtube-feed playvideo="onclick"]