Dernières nouvelles

La plus longue autoroute du désert au monde ouverte à la circulation dans le Xinjiang

Dong Hongliang et Wan Yu, journalistes au Quotidien du Peuple

Le 30 juin, la dernière section de l’autoroute Jingxin (Beijing-Xinjiang, G7) dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), la section Wutong Daquan-Mulei, a été achevée avec succès et ouverte à la circulation. L’autoroute Jingxin est désormais entièrement ouverte à la circulation et est devenue la voie routière la plus rapide reliant le nord-est, le nord et le nord-ouest de la Chine.

L’autoroute Jingxin est la septième ligne radiale prévue par le réseau national d’autoroutes chinoises, d’une longueur totale de 2 822 kilomètres. Elle passe par Beijing-Zhangjiakou-Ulanqab-Hohhot-Baotou-Bayannaoer(Linhe)-Alxa-Jiuquan-Hami-Turpan-Urumqi. Auparavant, la section de Beijing avait été ouverte à la circulation le 24 mai 2014, et la section Mongolie intérieure-Xinjiang Linbai avait été achevée le 15 juillet 2017. Cette fois, la section Wutong Daquan-Mulei mise en service a une longueur de 515 kilomètres. Elle adopte une conception standard d’autoroute à deux sens à quatre voies avec une vitesse de conception de 120 km/h. C’est par ailleurs la première autoroute ouverte à la circulation dans le Xinjiang en utilisant le mode de partenariat public-privé et la plus longue autoroute en service dans toute la Chine.

« Avec l’achèvement du projet, un grand passage permanent à l’intérieur et à l’extérieur du Xinjiang est formé, et le passage nord de la ceinture économique de la Route de la Soie est également entièrement terminé, ce qui favorisera efficacement le développement économique et social du Xinjiang et deviendra une route de la prospérité, de l’unité et du bonheur pour les personnes habitant le long de la route », a déclaré Da Wenbin, chef du projet Jingxin au groupe China Railway Construction Investment.

Traversant les trois principaux déserts d’Ulan Buhe, de Tengger et de Badain Jaran, l’autoroute Jingxin a raccourci la distance entre Beiing et Urumqi de près de 1 300 kilomètres. Le long de l’autoroute Jingxin, chacun pourra constater que tous les groupes ethniques sont unis comme les graines de grenade, prennent soin les uns des autres et s’entraident, avancent main dans la main et travaillent ensemble pour une prospérité globale.

« Ce motif a été purement dessiné à la main, c’est un objet d’artisanat qui vaut la peine d’être collectionné ! ». Au grand bazar international d’Urumqi, le week-end est plus animé que d’habitude. Zhang Xingjian est occupé à présenter les produits de son magasin aux touristes. Cependant, Zhang Xingjian n’est pas le propriétaire de cette boutique de produits de dinanderie faits à la main. Il est là pour rendre un service. Le propriétaire est son « parent », Sulayman Memetimin.

« Nous sommes une famille. Ce matin, il est allé dans mon magasin pour aider à déplacer les marchandises », a déclaré Zhang Xingjian. Il y a plus de 20 ans, il est arrivé à Urumqi depuis sa ville natale de la province du Hubei (centre de la Chine) pour vendre des raisins secs et y a rencontré Sulayman, qui avait une personnalité semblable à la sienne. En octobre 2016, le Xinjiang a lancé des activités « unité entre les ethnies comme dans une famille », marquées par l’unité ethnique et l’amitié. Dans le grand Bazar international, les ménages commerciaux de différentes nationalités ont commencé à « s’apparier » spontanément et à « reconnaître leurs proches ». « Mon « parent », c’est lui », dit Sulayman en montrant Zhang Xingjian. L’année dernière, Sulayman a voulu changer de magasin pour un meilleur emplacement, mais il lui manquait encore 60 000 yuans. Grâce au don de Zhang Xingjian, il a pu résoudre son besoin urgent ; dans le même temps, cette année, Zhang Xingjian a rénové un nouveau magasin et il n’y avait pas assez de personnel. Sulayman a alors demandé à sa femme de surveiller la boutique et a lui-même mis la main à la pâte… « Nos frères sont à cœur ouvert, et plus les jours passent, plus la vie est forte ! ».

Depuis la sortie du comté de Huaian sur l’autoroute Jingxin, il n’a fallu qu’une demi-heure pour atteindre la maison de Xiao Yumei, producteur de millet. Les 5 habitations troglodytes sont propres, avec des meubles et des appareils électroménagers. Xiao Yumei vient d’une famille pauvre du troisième village de Bao, dans le comté de Huaian, dans la province du Hebei (nord de la Chine). « Je cultive du millet sur mes terres. En plus de pouvoir en manger moi-même, je voulais bien le vendre pour un peu d’argent, mais le marché n’était pas bon », a déclaré Xiao Yumei. Ces dernières années, avec l’aide des cadres de la lutte contre la pauvreté, la plate-forme de vente en ligne « Huai’an Gongmi » a été créée et 4 nouvelles usines de transformation et coopératives ont été ajoutées. Aujourd’hui, 60% du millet est transformé par des coopératives et vendu par la voie du commerce électronique.

« Maintenant, le millet est vendu à Xilinhot, à Erlianhot, en Mongolie intérieure et dans d’autres endroits, et sert à faire du thé au lait sucré et du riz sauté pour nos frères et sœurs mongols », a raconté avec joie Xiao Yumei. Ces dernières années, avec l’autoroute et le commerce électronique, le village a créé une coopérative de millet. Sa famille peut gagner plus de 10 000 yuans par an rien qu’avec le millet.
Copyright Malijet © 2008 – 2021. Tous droits réservés

Source: Malijet

À propos malikunafoni

Vérifiez encore

Coopération Mali -Banque mondiale : Le Ministre Sanou négocie une reprise effective des opérations

Le Ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou, a repris langue avec la Banque …

Laisser un commentaire

العربيةEnglishFrançais
[youtube-feed playvideo="onclick"]