CONCOURS DE DÉCORATION DES CONSTRUCTIONS TRADITIONNELLES EN TERRE DE SIBY DU 16 AU 17 FÉVRIER 2019

Naissance d’une synergieDepuis 2014, aux portes du Mandé malien, le Centre Culturel Bougou Saba de Siby a initié une action artistique et culturelle intitulée Bogo Ja, le concours de décoration des constructions de terre. Véritable événement au sein de la commune de Siby, auprès de ses habitant·e·s et de ses tutelles, l’action valorise l’identité culturelle du villagevia un savoir-faire porté par les femmes et convoque un public malien et international dans un village situé aux alentours de la capitale, Bamako.Considérant son potentiel envers le développement culturel, économique et social du village et conscient des enjeux environnementaux de l’habitat au Sahel, le Centre Culturel Bougou Saba invite en 2017 des acteurs de la construction en terre à se réunir lors de la 4ème édition de Bogo Ja. Cette première réunion est le point de départ de la création du FACT Sahel+, Forum des Acteurs de la Construction en Terre au Sahel.La première édition du FACT a donné l’opportunité aux acteurs de la construction bio-climatique, originaires des pays du Sahel et principalement du Mali, du Niger et du Burkina Faso, de se retrouver et de s’organiser en réseau.En synergie avec Bogo Ja, le FACT Sahel+ se structure des 2018 et milite en faveur d’une architecture durable et contemporaine vie des actions de sensibilisation(expositions, ateliers découvertes, développement d’outils numériques, tables-rondes) et via la structuration du réseau et de la filière (rencontres et workshops professionnels, concours, éditions, recherches et expériences).Des objectifs globaux communsDe façon globale, Bogo Ja & FACT Sahel+ rejoignent la volonté nationale de renforcer la dynamique économique de la région sud du Mali grâce au potentiel d’un développement durable. La culture peut jouer là un rôle essentiel de levier, en plus de servir de rempart devant la progression guerrière du Nord du pays.L’action pose la culture comme condition de l’attractivité d’un territoire et comme facteur de développement durable et de paix avec des thématiques comme : la préservation du patrimoine culturel malien ; la place des femmes dans la société ; la qualité de l’habitat ; le climat et l’environnement ; la formation professionnelle et l’entrepreneuriat.Sur un plan local, l’action s’associe à la volonté des acteurs de la région de faire de Siby un lieu de culture proche de Bamako. Bogo Ja & FACT Sahel+ participe au foisonnement des manifestations qui rendent le village attractif vis à vis d’un public local dont celui de la capitale. Le rayonnement d’un territoire est favorisé par le développement des publics pour la culture et l’essor d’un tourisme principalement local. L’événement révèle la qualité de villégiature et l’intérêt touristique du village. La beauté de ses sites invite à la promenade et au bien-être dans une nature généreuse située aux abords de Bamako.Une participante du concours Bogo Ja devant sa maison© Bogo Ja 2015

5Concoursdes maisons décoréesLe Concours des maisons décorées Bogo Ja engage la participation des habitant·e·s à faire du village un lieu d’art et valorise une culture traditionnelle : l’art mural des femmes du Mandé qui orne les maisons en terre des villages.Cette pratique artistique et technique est vouée à la protection et au renforcement des murs des constructions en terre, mais aussi à la célébration de la saison des mariages en fin de récolte et avant les premières pluies. Ce rituel participe à l’embellissement de l’habitat et des espaces communs, propice à sa prospérité et à l’épanouissement de nouvelles familles.Les œuvres réalisées sont des histoires racontées sur les murs, des peintures abstraites aux motifs géométriques évoluant à travers les époques, les différentes esthétiques et techniques et à travers la richesse des récits et des imaginaires collectifs. Les techniques de décoration des maisons requièrent un savoir-faire traditionnellement porté par les femmes qui, dans ce contexte endossent le statut d’artiste. Elles sont aussi gardiennes d’un patrimoine culturel immatériel qu’elles se doivent de transmettre aux générations futures.Bogo Ja est l’occasion de ranimer cette pratique artistique à base de terres et de pigments naturels en stimulant la créativité des femmes.Bogo Ja cherche à affirmer l’expression d’un style artistique propre à Siby avec l’ambition de susciter l’intérêt des amateurs d’art contemporain et d’architecture.Le projet favorise aussi l’exploration entre techniques traditionnelles et modernes pour la création d’œuvres éco-responsables : utilisation de matériaux non polluants et dont l’origine ne nuit pas à la préservation des ressources naturelles. C’est aussi l’occasion d’explorer des techniques de préservation des décorations face aux pluies dans le but de constituer un répertoire de maisons décorées visibles plus tardivement dans l’année.Une façade décorée © Nicolas Réméné – Bogo Ja 2018

6L’appel est lancé par tous les moyens de communication. Une fois les inscriptions closes, les femmes ont un mois pour œuvrer.Véritable évènement au sein des communautés, tous les moyens de communication sont mis à disposition pour annoncer l’ouverture des inscriptions au concours : Mairie de Siby, radios locales, autorités traditionnelles, réunions d’information, crieur public.Les inscriptions sont limitées à 400 afin de rendre possible l’inspection des ouvrages par un jury pendant 10 jours.Le concours est ouvert aux femmes résidant à Siby dans des constructions de terre. Pendant la phase de création les femmes ont la possibilité de se faire aider par des tier·ce·s.Le déroulé du concours jusqu’à la délibération du jury est un minutieux processus qui engage les associations de femmes de chaque quartier, les autorités locales et autorités traditionnelles.Les œuvres sont récompensées à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix lors du week-end de festivités.Les récompenses sont des objets usuels voués à améliorer les conditions de vie des villageoises : égreneuses à arachides, pousse-pousse, barriques, marmites etc.L’activité contribue au respect de l’environnement naturel du village et encourage la population à prendre conscience de la nécessité de son assainissement. La qualité de l’assainissement autour des maisons est prise en compte dans l ‘évaluation du jury. Cette opération parallèle a été l’objet de formations lors des éditions précédentes organisées par le Centre Culturel Bougou Saba. Elle engage la mobilisation des habitant·e·s, bénévoles et de l’Association de la Jeunesse de Siby.Une maison décorée © Nicolas Réméné – Bogo Ja 2018

7La clôture du concours est célébré à l’occasion d’un week-end pendant lequel tout un village fête la culture et la créativité des femmes : cérémonie de remise des prix, visites guidées, animations et spectacles de rue.Événement festif et attendu par tou·te·s, ce week-end de clôture est l’occasion de réunir l’ensemble des communautés locales pour célébrer en un élan collectif, l’embellissement du village et la valorisation du travail artistique des femmes. Les visites guidées des ouvrages sont des parcours parsemés d’animations dans les rues et les concessions familiales du village.Une atmosphère de fête de village réunit un public hétérogène, rural et urbain. Ce sont des familles, des artistes, des bamakois·e·s en villégiature, des étranger·ère·s, des opérateur·trice·s culturels, des amateur·trice·s d’art, auprès d’autorités traditionnelles et de personnalités du Mali. Dès 2017, un public spécialisé en urbanisme, architecture et cultures constructives est aussi présent grâce au FACT.A plus long terme, ce week-end sera aussi l’occasion de promouvoir les produits artisanaux locaux et un tourisme durable avec le Bogo Ja Market. Tel un marché artisanal, il regroupera des stands d’exposition et de vente d’artisanat local ou de promotion de l’éco-tourisme et de l’éco-habitat. Le Bogo Ja Market pourra jouer un rôle de catalyseur pour des entreprises, associations d’artisanat et design, coopératives labellisées commerce équitable inscrites dans l’économie verte et créative qui pourront bénéficier d’une plateforme pour écouler leurs produits. Un stand sera dédié à la promotion d’associations et guides spécialisés dans l’éco-tourisme comme la Coopérative d’escalade de Siby.Cérémonie de remise des prix du concours © Nicolas Réméné – Bogo Ja 2018

8FACT Sahel+Forum des Acteurs de la Construction en TerreAu voisinage des innovations urbanistiques, au croisement du patrimoine et du développement durable, le FACT Sahel+ milite en faveur d’une architecture durable et contemporaine utilisant des matériaux bio-sourcés. Le FACT Sahel+ a pour vocation de sensibiliser le grand public, le secteur professionnel, élu·e·s et collectivités locales, aux multiples avantages de la construction de terre au regard des enjeux environnementaux, sociaux et économiques.Le FACT informe sur la valeur ajoutée de l’architecture de terre dans la préservation des ressources naturelles, l’économie d’énergie, la durabilité des habitats et le confort climatique.Le FACT éclaire le public sur le patrimoine architectural du Sahel, sur les relations entre culture et environnement, entre art traditionnel et éco-design contemporain, entre architectures traditionnelles et éco-urbanisme.Le FACT met en lumière les techniques modernes de construction en terre et valorise le travail des architectes et des associations basées au Sahel. Il met l’accent sur les créations contemporaines réalisées avec de la terre et les différentes techniques utilisées actuellement. Le FACT informe également sur les formations et les débouchés professionnels dans les cultures constructives afin d’offrir aux jeunes une approche de l’habitat tournée vers l’avenir.Test de terre © Nicolas Réméné – FACT 2018

9Le FACT Sahel+ fédère aujourd’hui plus d’une cinquantaine de professionnel·le·s du secteur au Sahel.Présents des la première réunion en 2017, de nombreux acteurs du secteur sont impliqués dans le FACT Sahel+ : ESIAU, École Supérieure d’Ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme du Mali ; Mariam Sy de Architerre, cabinet d’architecture à Bamako ; Amélie Essessé et l’association Bâtir & Développer ; BSF, Bâtir Sans Frontière du Mali ; YAAM Solidarité du Burkina Faso ; l’Association la Voûte Nubienne ; ANCSB, Association Nigérienne de la Construction Sans Bois ; Collectif Les Bâtisseuses ; le LAC de Lassa…Le FACT se réunit chaque année à l’occasion de Bogo Ja pour son assemblée générale. Le FACT y propose également des actions grand public : expositions, médiathèque éphémère, tables rondes et ateliers ludo-éducatifs.L’assemblée générale du réseau permet de réunir tous ses acteurs, de finaliser les actions menées au courant de l’année et de déterminer les actions futures. Lors de cette rencontre dédiée aux professionnels de l’architecture en terre et de l’architecture bio-climatique, des conférences thématiques et des réunions de travail sont organisées afin de consolider l’organisation du réseau.En 2019, l’exposition Architecture en terre d’aujourd’huiqui a circulé dans plus de neuf lieux en une année aura pour principal impact de faire découvrir les aspects contemporains de l’architecture en terre, et cela sous tous les climats.Amélie Essessé, architecte franco-camerounaise, fondatrice de l’association Femmes Bâtisseuses et représentante de l’ONG Bâtir et Développer est invitée à présenter l’exposition Femmes Bâtisseuses sur le savoir-faire des femmes d’Ayorou au Niger dans la restauration du patrimoine bâti en terre à travers la réalisation des enduits et des décorations. Elle est également invitée à faire partie du jury de Bogo Ja.Une médiathèque est mise à disposition (ouvrages spécialisées et films) avec une grande nouveauté en 2019 : le visionnage de clip à 360° tournés avec des artistes sahéliens dans les lieux lauréats du TERRA Award Sahel+ pour découvrir l’architecture en terre de façon ludique et sensorielle, par les nouvelles technologies, la musique et la danse.© Nicolas Réméné – FACT 2018© Julie Dupas – FACT 2017© Nicolas Réméné – FACT 2018© Julie Dupas – FACT 2017

Les ateliers ludo-éducatifs pendant tout le week-end sont ouverts à tous, petits et grands. Ils permettent la découverte des propriétés du matériaux terre et de ses applications dans la construction, ils stimulent la créativité et l’expérimentation.Des tables rondes et mini-conférences sont organisées autour des thématiques «L’architecture en terre d’aujourd’hui : le marché du BTP en zone urbaine» et «Quels liens avec les zones péri-urbaines ?».Le Terra Award Sahel+ : un concours qui contribue à la promotion des pratiques constructives, urbanistiques et artisanales respectueuses de l’environnement au Sahel.En 2018-2019, le FACT initie le premier concours Terra Award Sahel+, inspiré du Terra Award 2016, prix mondial des architectures contemporaines en terre crue lancé par Amàco et CRAterre-AE & CC-ENSAG, sous l’égide de l’UNESCO.Distinguer les acteurs de la construction en terre au Sahel répond à la réalité d’une identité sahélienne : des pays qui partagent les mêmes contraintes et les mêmes opportunités, économiques, climatiques, environnementales et humaines.Lancé à la rentrée 2018, le Terra Award Sahel+ a invité tous les acteurs du Sahel à concourir : maçons, ingénieurs, architectes, artisans, organismes, entreprises, associations. Après délibération du jury, une dizaine de projets lauréats seront annoncés à Siby lors de la cérémonie de remise des prix du concours Bogo Ja, puis présentés sous forme de livre, d’exposition et de clip à 360°.Le concours Terra Award Sahel+ s’inscrit dans un contexte de transformations mondiales, sensible à plusieurs échelles sur le continent africain, et en particulier dans la région du Sahel. L’usage de la terre crue et des matériaux écologiques pour la construction des espaces de vie contribue à apporter des réponses tangibles aux différents enjeux, tout en valorisant les acteurs locaux.Atelier enfants © Nicolas Réméné – FACT 2018Al Hamra, Sénégal © Atelier Koé

 

Partager

Updated: février 8, 2019 — 4:48

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2018 Malikunafoni.ml, un Journal d’information en ligne, vous y trouvez l’actualité nationale et internationale sur le Mali dans divers domaines. Frontier Theme